15/06/2005

T.V.A.

Vande Lanotte: je ne vois pas pourquoi on s'y opposerait
FRANCIS VAN de WOESTYNE

Le vice-Premier ministre et ministre du Budget soutient l'idée de Guy Verhofstadt.
Elle serait neutre, dit-il, pour 80 pc des Belges et favoriserait l'emploi.

ENTRETIEN

Que pensez-vous de l'idée de transférer une partie du financement de l'Etat et de la sécurité sociale de la fiscalité directe vers la fiscalité indirecte?

Cela a du sens. Que disent les opposants? Que les taxes directes sont plus sociales et que les impôts indirects sont antisociaux. Je ne dis pas que cela est incorrect. Mais il faut nuancer. Un tel transfert aurait en réalité un impact sur les 10 pc de la population, ceux qui gagnent le moins. Ceux-là perdraient une part de leur pouvoir d'achat. Il faudrait donc imaginer un système de compensation pour les plus pauvres. Pour les 80 pc de la population qui se trouvent dans la moyenne, ce transfert se révélerait neutre. Et pour les 10 pc des personnes les plus fortunées, cela n'aurait évidemment que peu d'influence.

En allégeant la taxation directe sur les salaires, on créerait sans doute de nouveaux emplois. Pour les familles moyennes, l'impact d'un tel transfert serait donc finalement positif et largement social. Je me résume: si l'impact financier est neutre pour la majeure partie de la population et si l'on peut créer des emplois supplémentaires... je ne vois pas pourquoi on s'y opposerait. D'autant que la mesure frapperait des produits fabriqués dans les pays à bas salaires sur lesquels il n'y a pratiquement pas de taxes. Si on les taxe, ici, ce ne serait que justice. Cela dit, je ne dis pas que cette mesure réglerait tout le problème de l'emploimais cela peut aider. Il faudrait aussi examiner l'impact sur l'index. Mais là aussi, cela est relatif: même en augmentant la TVA sur un produit, il est possible que son prix ne bouge pas. Car dans l'économie concurrentielle qui est la nôtre, les prix peuvent très bien se maintenir même avec une hausse de TVA.

N'y aurait-il pas un problème de délocalisation des achats?

Il est vrai que nous sommes un petit pays et que les augmentations de la fiscalité indirecte peuvent avoir un impact négatif dans les magasins frontaliers. Si un grand pays comme la France appliquait le système préconisé par Guy Verhofstadt, il gagnerait au centre du pays et perdrait aux frontières. Nous, nous n'avons que des frontières.

De plus la fiscalité indirecte est très largement dépendante de l'Europe...

Il y a encore des marges. Ce n'est pas facile mais c'est faisable. Mais il est clair que ce serait mieux si ce «switch» vers la fiscalité indirecte se faisait de manière globale et concertée.

Evoquera-t-on ce dossier déjà dans le cadre du budget 2006?

Cela n'est pas impossible.

Pour ce budget 2006, précisément, le Bureau du Plan prévoit un effort budgétaire de quelque 4,5 milliards de francs.

Cette estimation a été faite à politique inchangée. Il est évident que les circonstances auront changé.

Pour le budget 2005, un nouveau contrôle est en vue et doit commencer dans les prochains jours. Quel est l'effort prévu?

Le dernier tableau de bord qui doit nous aider à évaluer l'effort est attendu ce 15 juin. Tout dépend de l'évolution de la croissance, qui change de mois en mois. Les chiffres sont très divergents. Les deux premiers mois de l'année étaient très mauvais. Après, c'était mieux. Mais de toute façon, le ralentissement de la croissance devra être compensé, même si nous l'avions, en partie, prévu lors du contrôle d'avril dernier.Et si la Banque nationale avait raison dans ses prévisions?

Admettons que la Banque nationale ait raison. Imaginons que nous ne faisons rien... il y aurait un déficit de 1,5 milliard en 2005, soit 0,5pc du Produit intérieur brut. Au niveau européen, le ministre du Budget qui viendrait présenter ce résultat serait aussitôt décoré! Car l'évolution des finances publiques est bonne chez nous. La dette? Elle est encore un peu trop élevée, mais on va progressivement vers une dette de 90pc du PIB. Elle a été réduite de 40pc en quelques années.

Pourquoi alors vouloir à tout prix l'équilibre budgétaire?

C'est mieux pour la confiance des consommateurs. Mais il ne faut pas ergoter: un surplus de 0,2pc, est-ce tellement différent de l'équilibre? Non. Et un déficit de 0,2? Non plus.

La Libre Belgique 14/06/2005


11:47 Écrit par Ced | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

attention Que cela favorise les emplois, cela reste à prouver concrètement.
Maisl ce qui est clair c'est que ces 10 pourcent d ela populaton considéré comm epauvre ( c'est toujours de trop) va y perdre doublement. Dans un premiers temps comme c'est dit dans les textes, cela va diminuer le pouvoir d'achat de ces pauvres, déja qu il est pas terrible, et pour profiter de la taxation sur les salaires il faut deja avoir un salaire ce qui n'est pas le cas des pauvres, donc en plus de rien n 'y gagner ils y perdent dans leur pouvoir d'achat. cependnat si cela peut favoriser l'emploi ce que je doute il est clair que c'est à discuter.

Écrit par : fab | 20/06/2005

rectification Je voulais bien evidemmeni dire, pour profiter de l'allegement de la taxation sur les salaires.

Écrit par : fab | 20/06/2005

plein Non ca bougera pas les prix. Pas de crainte sur le pouvoir d achat
Les producteurs baisseront leur prix grace a une partie de l allegement de l ipp.

Écrit par : Ced | 21/06/2005

L'emploi! une volonté exclusivement libéral? copier/coller d'une intervention d'un post situé plus bas.


"tant que le chomage ne baissera pas, le Ps aura toujours son fond de commerce...cercle vicieux.."

par cette phrase, tu présupose que le PS profite consciement du chomage et que c'est une volonté manifeste de ses dirigants de s'opposer à toutes politique de création d'emplois. La baisse du chomage est une de leur priorité consignée dans leur programme de 2003,et c'est mentioné dans les accords de gouvernements regionaux et fédéral qu'ils ont cosigné respectivement avec le cdh et la droite francophone et néérlandophone.

Prétendre, comme tu le fais, qu' "ils ne veulent pas lutter contre le chomage, qu'ils ne souhaitent pas créer d'emploi pour s'assurer de leur fond de commerce electoral" , c'est tomber dans le procés d'intention nauséabonde et franchir la frontiére de la démagogie!!

Lutter contre le chomage est une priorité de tous. Favoriser la création d'emploi est evidement le moyen le plus efficace pour y parvenir, ça ,personne le conteste (comment pourrait on d'ailleur). Reste que la fiscalité est UN DES moyens pour favoriser l'emploi, mais pas le seule (le PS n'exclus pas la baisse d'impot mais marque une préférence pour des solutions alternatives, bref il tient une politique de gauche dans ce domaine afin de rester en phase avec sa base ideologique) . A titre personnel, je trouve (mais c'est perso, je pense que ça merite débat entre nous) que miser sur le postulat qu'une diminussion de l'impot sur les entreprises augmentera sa force productive (par des investissement strucurels dans l'outil de production par exemple)et par conséquent sa demande de main d'oeuvre de façons à créer une augmentation de l'offre d'emploi, est un pari naif et utopique (je dis pas ça pejorativement, c'est pas une attaque directe hein);-)). Ce raisonement est scolaire (au sens premier du mot, c-a-d théorique) car il n'est , à mon sens (toujours), pas du tout acquis(loin de là même)que l'economie realisé par la baisse d'imposition sera réinvestit et aura un effet direct sur le marché de l'emploi. Ma préférence va plutot à des subvention publice à l'embauche, des plans de réinsertion social (Roseta est une bonne architécture, j'insiste sur architécture), des prime d'incitation à l'embauche (euh j'ai deja dit ça je pense), etc etc....

Reste que le débat sur la fiscalité doit avoir lieu mais je n'y suis à priori pas favorable. Je suis crevé je v prendre mon bain.

J'espere que mon intervention sucitera un débat constructif entre nous et qu'on ne tombera pas dans moultes provocation.Je respecte des opinions et tes ideaux jste que... parfois...on différe (je prend mes precautions par rapport à ce qui se passe parfois sur des forum voisin avec certains de nos coequipier antisocialo ;-) ) J'essaye de convaincre personne, je donne juste un avis donc pas la peine de tomber dans une aggressivité iseologique pouvant nuir à la qualité du débat:-)

Sur ce, à bientot

Amitié

DEKO

Écrit par : Deko | 22/06/2005

ben............. Pas de probleme mais, ma phrase "tant que le chomage ne baissera pas, le Ps aura toujours son fond de commerce...cercle vicieux.." n avait rien à voir avec une attaque sur le fait que le PS ne voudrait pas lutter contre le chomage. Pas du tout.... Au fait j'insinuais juste par la qu un chomeur votera de préférence pour un parti de gauche, ce qui est logique puisque ces memes partis lui proposent plus d argent

C'était tout simplement cela.......

Écrit par : Ced | 24/06/2005

bis maintenant le débat est interessant bien evidemment


maintenant n'exagere pas non plus en disant que les partis socialistes menent des politiques de gauche au point de vue économique, ce n est pas vrai.C est pas de la droite mais loin d etre "de la gauche". Ils l ont fait bien entendu, mais plus maintenant... Prends les dernieres sorties de VandeLanotte et dis moi si tu vois certains éléments ECONOMIQUES de gauche.

De plus, la diminution de la pression fiscale n as pas pour seul but d'augmenter la force productive des entreprises ( ce qui est moins souvent le cas, le but étant plutot aussi de rendre des entreprises plus concurrentielles sur le marché) mais aussi d attirer de nouveaux investisseurs.

Des subventions publiques a l embauche sont qqc qui peut tres bien marcher mais la on tombe dans le probleme des iles de paix : " Donne un poisson à un homme et il mangera un jour, apprends lui à pecher et il mangera toute sa vie"
je ne suis pas contre les aides publiques, ca permet de "relancer la machine" mais tout a un temps et une fin...
Puis pour pouvoir faire de telles subventions faut-il que les pouvoirs publics en aient les moyens, ce qui est loin d etre le cas actuellement en belgique. Pour pouvoir dépenser , rien a faire , il faut créer des richesses. il faut que les gens osent entreprendre.C est fini chez nous le temps des grandes industries. aujourdhui l emploi dans les PME en belgique représente pres de 75 % de l emploi (hors service public) !!!!! et moins de gens se lanceront si ils savent qu ils seront torpillés de taxes des leur debuts.....
La restructuration et l' allegement de la dette ont permis de dégager des marges ( des interets en moins a payer. environ 13-14 milliards d euros par an depuis qu on est passé de 130% a environ 95% aujourd hui) c est tres bien mais continuons et ramenons cette dette a 40% , ce sera d autant plus d argent à injecter dans des aides publiques de toutes sortes..... Mais , de grace, ne retombons pas dans les travers socialistes des années 80 ( Mathot and Co) qui ont fait exploser notre dette. Aides publiques et subventions pas de probleme mais il faut avoir l argent pour cela et aujourdh ui, temporairement j espere, on ne l a plus en belgique

je terminerai en disant que les politiques de gauche sont essayées en wallonie depuis plus de 20 ans, et le seul moment ou la chute de l economie wallone a été freinée, c est lors de la legislature précédente lorsque des politiques de droite étaient également menées ( je t avoue que j aimerais me tromper et que la gauche wallone arrive a relancer la machine, pcq l etat PS en Wallonie est loin d etre mort.....) Je n ai rien contre Van Cau (si ce n est qu il pete pas un mot de Flamand) mais je crois que ses politiques attentistes ne sont pas le remede. (Je ne dis pas Immobilisme, pas du tt. Par attentisme, je vise plutot le fait de se reposer sur les aides europeennnes et fédérales)

Voila j ai juste mis mes idees en vrac comme ca, de tte facon on peut en reparler tranquille devant une duvel a la clef....

Écrit par : Ced | 24/06/2005

Les commentaires sont fermés.