30/09/2005

Sacré Karel....

Burundi

Le Burundi rejette la frime

Le nouveau pouvoir burundais, élu l’été dernier et issu de l’ex-guérilla hutue du CNDD-FDD qui s’est inspiré du Rwanda voisin- a décidé que, dorénavant, ministres et hauts fonctionnaires ne pourront plus acheter les luxueux 4x4 qui sont devenus le « status symbol » du continent. Le budget d’achat d’un véhicule de fonction est ainsi divisé par 6 ou 7. En outre, finis les pleins d’essence qui représentent la moitié d’un salaire ministériel, fixé à 313 dollars, a fait valoir le porte-parole du président Nkurunziza.

© La Libre Belgique 2005

Congo 

Les parlementaires fêtent leurs jeeps
Marie-France Cros

Pour certains Congolais, c'est carrément de la provocation. Lundi dernier, rapporte la presse congolaise, les parlementaires se sont rendus de Kinshasa à Boma, sur la côte, pour prendre possession de 620 jeeps Nissan lors d'une cérémonie conduite par le président de l'Assemblée nationale, Olivier Kamitatu.

Ce dernier est l'organisateur de l' «Opération Condor», qui a consisté à importer en groupe des véhicules, qui coûtent environ 22000 dollars pièce, selon l'agence de presse congolaise APA. Députés et sénateurs font valoir qu'ils ont payé ces jeeps en cotisant pendant un an 500 dollars par mois tirés de leurs émoluments pendant un an et complété la somme due en bénéficiant par anticipation de leurs «indemnités de sortie» du Parlement, qu'ils ne devaient toucher qu'à la fin de leur mandat.C'est bien là que le bât blesse. Au Congo, le salaire du fonctionnaire de base est, en effet, de... 2 dollars par mois, relevait dernièrement le journal «Le Phare». «Nous gagnons 1500 dollars par mois, indiquait un député à «La Libre Belgique», début 2005, contre 7000 dollars par mois à un ministre et 200000 dollars par mois à un vice-président.»

Six fois le budget Justice

Lorsque, quelques mois après cette déclaration, le Parlement élaborait le budget 2005, celui-ci ignorait les recommandations de la société civile(1) en faveur d'efforts dans le domaine social mais accroissait ses propres revenus en les faisant passer de 3,7 milliards de francs congolais (FC) à 4,8 milliards. Soit six fois plus que le budget accordé au pouvoir judiciaire, jugé essentiel à la reconstruction du Congo.

La seule liste civile du président Kabila (qui n'est qu'une partie des crédits affectés à la présidence, d'un total de 6,9 milliards de FC, soit 17 millions de dollars), soit 2,3 milliards de FC, représente 8 fois le budget de la Santé, 6 fois le budget des Affaires sociales, 16 fois le budget de l'Agriculture, 22 fois le budget du Développement rural.

Pas de rentrée des classes

La cérémonie de réception des jeeps à Boma s'est déroulée alors que la rentrée scolaire n'a pas eu lieu, au début de ce mois: les enseignants sont en grève parce que le gouvernement n'a pas honoré ses promesses, faites en février 2004, d'accroître leurs salaires jusqu'à 208 dollars pour le plus bas et 2080 pour le plus haut, en trois paliers. Atteindre le premier de ceux-ci n'a même pas été tenté.

Or, les traitements des enseignants sont si dérisoires que, depuis des années, ils sont remplacés par des cotisations payées par les parents et par une mise au travail rémunérateur (souvent la culture de champs) des élèves pour le compte des professeurs. Or, le gouvernement a annoncé la suppression de la «contribution des parents», cet été, ce qui laisse les enseignants pauvres comme Job.

Des milliers de fonctionnaires ont emboîté le pas des grévistes: leur traitement, lorsqu'il est versé, est largement inférieur à l'indemnité de transport destinée à leur permettre d'arriver chaque jour au travail.

Cumuler ou pas

Les seules actions du gouvernement congolais, jusqu'ici, ont été d'arrêter un dirigeant syndical de la Fonction publique, Romain Mutu Moyi, et de créer... deux commissions pour étudier la question.

Les parlementaires, eux, se consacrent à débattre du droit de ceux d'entre eux qui ont été désignés récemment par leur groupe politique à la direction d'entreprises publiques et semi-publiques de cumuler cette fonction et le traitement qui y est attaché, avec leur mandat parlementaire.

(1) Les chiffres qui suivent sont extraits d'un communiqué du Groupe d'action de la société civile pour la surveillance de la transition GAT/OCAP.

© La Libre Belgique 2005

PS

 

..... J…….



18:09 Écrit par Ced | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.